Nous confier une mission
Rejoindre la communauté

C’est décidé, demain je plaque tout et je retourne chez J.P. Morgan Asset Management !

Que mes amis dans la prestigieuse banque me pardonnent, mais j’ai beaucoup ri en découvrant cette phrase issue de la discussion entre deux moines sur la carte de vœux envoyée à mon domicile il y a 7 mois maintenant. Comme vous, quand arrive fin janvier, j’agrippe les cartes de celles et ceux qui veulent se rappeler à moi au moins une fois par an et poursuis leur chemin de vie dans ce qui ressemble à un panier en osier. La poubelle jaune qui accueille son contenu dans la foulée tente alors de me convaincre qu’elles revivront sous une autre forme. J’essaie de la croire du mieux que je peux.

Comme chaque année, j’ai donc jeté toutes mes cartes de vœux, sauf une. J’ai conservé sur ma cheminée le petit mot d’Anne Claire qui me disait de sa plus belle écriture « Rire de bon cœur le plus souvent possible, voilà ce que je te souhaite en 2022 ! ». Pari gagné, j’ai souvent souri en passant devant ces deux moines qui semblent croire à la rédemption chez JP Morgan.

Je m’étais promis de la partager avec vous, le moment des vacances me semble le meilleur. Il y a beaucoup dans cette carte qui me plaise : le bon mot, une forme de légèreté qui peut parfois personnellement me manquer, la référence à une banque sur laquelle je reviens dans un instant, et cette relation particulière entre les indépendants de notre communauté et mon équipe ou moi-même. Avec certains d’entre eux qui me lisent, les relations étaient seulement professionnelles, puis sont devenues cordiales. Je crois pouvoir dire que l’un d’entre eux est devenu un ami.

Le hasard a voulu que c’est justement le PDG de JP Morgan, Jamie Dimon, qui donnait il y a quelques jours dans les colonnes du Figaro son point de vue sur l’économie mondiale et celle de la France. Pour tenter de résumer ce qui ressemble déjà à une synthèse de la part de l’un des plus grands banquiers de notre petite planète, « la France est devenue beaucoup plus attractive ces dernières années » et « les nuages de l’économie mondiale s’accumulent ». Et de citer « l’inflation, les taux d’intérêt qui remontent, le resserrement monétaire, la guerre en Ukraine, la hausse des prix du pétrole, du gaz et des produits alimentaires… » J’ai été surpris qu’il n’évoque pas les incertitudes liées à la Chine avec davantage d’insistance. Les motifs d’inquiétude sont donc nombreux et les décideurs que je rencontre me disent tous en somme la même chose : « nous sommes confiants mais nous pilotons à vue ».

Partons confiants cet été et que les deux moines du dessin d’Anne-Claire restent sagement dans leur monastère. Ils y seront mieux qu’à Londres ou à Paris !

Nous inquiéter ne changera rien à l’affaire comme dit la chanson :

Toute mon équipe et moi-même vous souhaitons un très bel été et de bonnes vacances.

Martin